3 mois avec le Fujifilm X-H2s - Bilan pratique

J'ai pris le Fujifilm X-H1 en main pour la première fois en décembre 2017. En le comparant à mon X-T2, qui était alors mon appareil photo actuel, j'étais sceptique quant à savoir si Fujifilm suivait la bonne voie avec ce nouveau concept. En janvier 2018, j'ai pu tester le X-H1 pendant une longue période et le nouveau concept me plaisait de plus en plus. J'aimais les fichiers directement issus de l'appareil photo et l'IBIS était bien sûr un grand plus, mais c'était toujours un appareil photo encombrant. Finalement, je suis revenu à la série X-T à l'été 2018 et le X-T3 est devenu mon appareil photo principal. C'était un compromis. J'étais toujours plus intéressé par le concept classique et je préférais le nouveau capteur à l'IBIS et à l'encombrement. 

Quatre ans et demi plus tard (oui, c'est le temps qu'il aura fallu à Fujifilm pour lancer un successeur au X-H1), j'ai maintenant le nouveau X-H2s entre les mains. Cette fois-ci, je n'ai pas pu tester l'appareil avant, je l'ai simplement précommandé après sa présentation, car j'étais convaincu que Fujifilm était sur la bonne voie avec ce nouveau modèle. Au début, je l'ai pris avec moi à côté de mon X-T4, qui était maintenant réglé de manière à me fournir les meilleurs résultats pour mes photos de musique et de sport. Mais il n'a pas fallu longtemps pour que je veuille passer entièrement au X-H2s, même si cela signifiait abandonner mon concept classique préféré de la série X-T. 

L'appareil étant désormais disponible depuis la mi-juillet, je ne m'attarderai pas trop sur les détails techniques. Ceux-ci peuvent être consultés ici : fuji.ch/cameras/fr/products/fujifilm-x-h2s-2/

Je me concentrerai davantage sur mes expériences pratiques lors des différentes séances de shooting avec l'appareil photo depuis que je l'utilise et je le comparerai avec le X-T4. L'essentiel de ma photographie est axé sur la musique et le sport, et occasionnellement sur les portraits. Je pense que l'appareil photo peut tout à fait briller dans ces domaines. Au cours des trois derniers mois, j'ai emmené les X-H2 à plusieurs concerts, dont un week-end complet de festival, trois matchs de football et un week-end multi-sports avec breakdance, BMX, skateboard et plus encore. Autant d'occasions qui allaient pousser la caméra dans ses retranchements, ou du moins je l'espérais.

Manipulation et ergonomie

Alors que mon rapport de test du X-H1 en 2018 se concentrait sur la taille de l'appareil photo par rapport au X-T2 et à quel point il était devenu encombrant, ce n'était pas du tout un sujet pour le X-H2s, bien au contraire. Dès le déballage, le X-H2s m’a fait forte impression. Comparé au X-T4, pour lequel il faut la poignée à batteries afin d'avoir une prise en main plus large et une meilleure prise en main, le X-H2s a une poignée de la bonne taille. Cette fois-ci, la poignée batterie apporte un peu plus d'équilibre à l'appareil, surtout si l'on travaille avec des objectifs plus grands comme le Fujinon XF 200mm f/2, en plus d'une durée de batterie/d'utilisation plus longue, mais n'est plus nécessaire pour une préhension confortable.

L'ergonomie générale est également un pas en avant par rapport au X-T4. Les boutons ont la bonne taille, le bouton AF-On est plus confortable et se trouve au bon endroit. C'était l'une de mes critiques à l'égard du X-H1 lorsque je l'ai testé. Et en parlant de boutons. Chacun des boutons est personnalisable. Il y a dix (10) pages d'options parmi lesquelles choisir. Même la touche à l'avant gauche pour le mode de mise au point est maintenant une touche. Fini le temps où le sélecteur AF du X-T4 changeait trop souvent de position tout seul. D'autre part, les molettes avant et arrière du X-H2s ne peuvent plus être enfoncées, ce qui est très pratique lors de la vérification des photos ou des prises de vue manuelles. Une grande amélioration par rapport au X-T4 est le bouton pour le levier de l'autofocus. Le petit joystick se révèle très maniable une fois que l'on a utilisé le bouton du X-H2s. J'ai même l'impression que la réactivité et la précision se sont améliorées. 

 

Et qu'en est-il de la molette de sélection PSAM ?

L'une des choses que j'aimais dans la série X-T était son look rétro, surtout si vous aviez la version argentée. Malheureusement, le X-H2s n'existe qu'en noir et avec une molette de sélection PSAM. Au début, ça ne m plaisait pas trop. Heureusement, j'ai encore mon X-T3 en argent, pour avoir au moins un appareil photo de "style rétro". Sinon, je me suis habitué étonnamment vite et facilement à la molette de sélection PSAM. Avant de m'intéresser de plus près aux réglages personnalisés C1-C7, j'ai simplement laissé l'appareil photo en position M (au lieu de T comme sur mon X-T4) et je l'ai configuré de la même manière que mon X-T4. J'avais ainsi à peu près le même processus de travail qu'avec mon appareil photo précédent. Cependant, dès que l'on commence à utiliser la molette des réglages personnalisés, on peut constater un net avantage par rapport aux molettes de réglage des appareils photo précédents et au menu Q. Mes paramètres musicaux "standard" se trouvent maintenant sous "C1" et mes paramètres sportifs sous "C2", tandis que mes paramètres de portrait se trouvent sous "C3", très pratique. Et si je n'en ai pas besoin, je peux facilement revenir à M.

Je n'utilise toujours pas beaucoup l'écran secondaire. Pour l'instant, je l'ai laissé avec les réglages d'usine et il me fournit toutes les informations dont j'ai besoin. Il n'y a pas tant d'options pour le personnaliser, principalement l'ordre dans lequel les paramètres apparaissent ou si l'on souhaite les omettre. Dans l'ensemble, l'écran est assez utile pour jeter un coup d'œil aux réglages ou les modifier sans avoir à regarder dans le viseur.

Une grande amélioration par rapport à la série X-T est le bouton de déclenchement du X-H2s. Le déclencheur du X-H1 était difficile à utiliser. Il a fallu se rendre dans un centre de service Fujifilm pour le régler. À mon avis, la série X-T a besoin d'un bouton de déclenchement "supplémentaire" pour pouvoir mieux la contrôler. Cependant, le déclencheur du X-H2s est à nouveau "correct" en termes de réactivité et de sensibilité.

Une autre grande amélioration par rapport à la série X-T est le viseur du X-H2s. Une fois qu'on l'a utilisé, il est difficile de revenir à un autre appareil de la série X. Fujifilm a augmenté la résolution d'environ 2 millions de pixels et a également augmenté le taux de rafraîchissement. On peut désormais régler le viseur sur 60, 120 ou même 240 images par seconde. C'est un viseur magnifique à travers lequel on peut regarder, surtout avec les deux taux de rafraîchissement plus élevés. Je l'ai réglé sur 120 images par seconde ou je passe de temps en temps en mode de faible priorité à la lumière.

Il y a cependant un petit détail que j'aurais aimé modifier ou ajuster, et cela peut probablement se faire via le firmware. J'aimerais que le réglage du levier de mise au point fonctionne comme sur le X-T4 lorsqu'il est réglé sur "on". Sur le X-T4, on pousse le levier vers l'intérieur pour modifier la taille du champ de mise au point et on double-clique pour le ramener au centre. Sinon, on peut déplacer le champ AF facilement à travers le viseur ou l'écran. Sur le X-H2s, on peut régler le levier de mise au point pour pousser et basculer, mais on ne peut pas le régler comme sur le X-T4, car on ne peut alors plus régler la taille du champ de mise au point ou ne plus déplacer le champ de mise au point du tout. J'ai donc réglé "Push" sur l'édition du champ de mise au point et "Tilt" sur la sélection. Il ne me reste donc malheureusement plus qu'à appuyer sur le bouton "Disp Back" pour centrer le champ de mise au point. Une solution plutôt compliquée si l'on ne veut pas quitter le viseur des yeux. Je ne suis pas sûr que d'autres photographes considèrent également cela comme un problème.

Mis à part ce petit problème, je suis très satisfait de la maniabilité et de l'ergonomie du X-H2s. Il tient bien en main, avec ou sans poignée à batteries. Il est très robuste et, d'après mes expériences jusqu'à présent, définitivement résistant aux intempéries.

Performance

Les deux grands points forts du X-H2s sont le capteur empilé (+nouveau processeur) et l'autofocus. De toute évidence, le "s" du X-H2s est synonyme de vitesse, mais aussi de stabilité et d'intelligence. Le capteur X-Trans CMOS 5 rétro-éclairé de 26 mégapixels au format APS-C et le processeur X 5 sont censés lire les données quatre fois plus vite que le capteur X-Trans CMOS 4 de la génération précédente ou deux fois plus vite que le processeur X 4, ce qui permet au X-H2s de rivaliser avec l'autofocus des autres modèles phares du marché.

Fujifilm a intégré la reconnaissance de scène dans son nouveau système de mise au point automatique, un algorithme basé sur l'apprentissage automatique et développé avec la "technologie d'apprentissage profond". Il peut reconnaître un plus grand nombre de sujets, dont les animaux, les oiseaux, les voitures, les motos, les avions et bien d'autres. Petite parenthèse: lorsque la reconnaissance de sujets est activée, la reconnaissance des visages/des yeux est désactivée. À propos de la reconnaissance des visages/des yeux : elle a été considérablement améliorée par rapport au X-T4. Le X-H2s reconnaît l'œil sous tous les angles possibles, ce qui n'était pas possible auparavant, et s'yaccroche comme de la colle. J'ai été vraiment surpris de voir à quel point cela a fonctionné lors d'une récente séance de portraits. Alors que cela fonctionne très bien avec une seule personne, le système s'embrouille toujours un peu lorsqu'il y a plus d'une personne dans la photo. Mais même lorsque la reconnaissance des sujets ou des visages/yeux est désactivée, l'autofocus est beaucoup plus rapide que sur les modèles précédents, même avec des objectifs plus anciens.

Le nouveau processeur X 5 dispose d'un sous-processeur dont la seule tâche est de "gérer" le nouveau système de stabilisation d'image à cinq axes du X-H2S, qui peut offrir une stabilisation allant jusqu'à 7 diaphragmes avec l'objectif à monture X correspondant. Bien qu'il ne s'agisse sur le papier que d'une "petite" amélioration par rapport au X-T4, il est néanmoins réjouissant de constater que Fujifilm continue d'intégrer un IBIS dans ses appareils photo. Oui, un trépied est toujours mieux, mais pas toujours pratique ou utile, de sorte que la stabilisation jusqu'à 7 niveaux aide définitivement.

Le X-H2S peut prendre des photos sans black-out jusqu'à 40 images/s avec l'obturateur électronique. (15 im./s avec l'obturateur mécanique) En raison des taux d'écriture plus rapides, il peut enregistrer plus de 1000 images en continu à une vitesse allant jusqu'à 30 im./s pour les prises de vue au format JPEG et jusqu'à 20 im./s pour les prises de vue au format RAW. Et tout cela en conservant l'autofocus continu, toujours avec l'obturateur électronique.

Un effet secondaire de la prise de vue en continu est le nombre de fichiers (environ 155 fichiers RAW pour une séquence de 7 à 8 secondes) et la quantité de données. Ce type de séquence génère environ 4,5 Go de données. Il faut donc être prêt à investir dans des supports de stockage supplémentaires.

Cela a-t-il une influence sur l'autonomie de la batterie ? Subjectivement, la consommation de la batterie s'est également améliorée. Après une journée de prise de vue en mode Boost avec environ 1600 prises de vue, une batterie dans la poignée était vide, la deuxième était utilisée à 75 % et la batterie dans l'appareil photo était encore entièrement remplie. J'ai l'impression que c'est à un meilleur niveau que le X-T4, qui utilise le même nouveau type de batterie NP-W235. Au fil du temps, avec la série X-T et maintenant avec le X-H2s, la consommation de la batterie s'est constamment améliorée. Jusqu'à présent, avec le X-H2s, je ne me suis jamais retrouvé dans la situation de vider complètement les trois batteries au cours d'une longue journée de prise de vue. On est encore loin des valeurs d'un reflex numérique, mais on va dans la bonne direction.

 

Autres détails

Que faut-il encore mentionner ? Le X-H2s prend désormais en charge les cartes CFexpress de type B dans un slot et, pour le deuxième slot, une carte SD UHS-II. Heureusement, la différence de prix entre les deux types de cartes n'est plus aussi importante. Je souhaiterais que l'appareil photo dispose de deux emplacements CFexpress de type B. Pas seulement pour la vitesse d'écriture, mais aussi pour la vitesse de lecture. Le temps de transfert des fichiers sur l'ordinateur est beaucoup plus court. J'ai opté pour la carte CFexpress Sony Tough et le lecteur de carte correspondant. Cela semble être une bonne combinaison.

Alors que j'étais un peu sceptique quant au panneau arrière entièrement mobile introduit avec le X-T4, je l'apprécie maintenant et je suis heureux qu'il ait également fait son entrée dans le X-H2s. Il est plus pratique que le dos du X-T3, car il me permet d'avoir beaucoup plus d'angles de prise de vue. En outre, je peux la fermer complètement, ce qui la protège entièrement, ce qui s'est déjà avéré pratique dans plus d'une situation.

C'est devenu une tradition, presque chaque nouvel appareil photo introduit une "nouvelle" simulation de film. Le X-H2s possède la simulation de film "Nostalgic Neg. C'est la première fois que cette simulation de film est disponible pour un appareil photo de la série X. Jusqu'à présent, elle n'était disponible que pour le système GFX. La base de cette simulation est la "American New Colour" des années 70. Elle permet d'obtenir un peu plus de profondeur et un aspect ambré dans les hautes lumières. Il ne s'agit pas vraiment d'un effet de couleur, mais plutôt de la qualité d'image elle-même. Je ne me suis pas encore vraiment familiarisé avec la simulation de film, mais je suis content d'avoir maintenant 19 options à choisir. La plupart de mes looks sont basés sur la simulation de film Pro Neg Hi ou Classic Chrome, et cela ne changera pas pour le moment.

Comme il s'agit plutôt d'un rapport photographique sur le X-H2s, je n'aborderai pas les formidables fonctions vidéo de cet appareil. J’ai clairement négligé la vidéo, mais maintenant que j'ai toutes les options en main, je pense que je vais m'y intéresser d'un peu plus près et probablement enregistrer plus de vidéos. Si vous êtes intéressé par plus de détails sur les capacités vidéo du X-H2s, de nombreux tests devraient déjà être disponibles sur Internet au moment de la publication de cet article.

Résumé

Quel est donc le bilan après trois mois, au cours desquels j'ai pris environ dix mille photos avec le X-H2s ? Le fait que j'ai maintenant deux X-H2s dit tout. Le X-H2s est un appareil photo très professionnel, facile à utiliser, très intelligent lorsqu'il s'agit de faire des ajustements, et avec une ergonomie parfaite, même sans la poignée à batteries supplémentaire. Je peux maintenant comprendre pourquoi il a fallu un certain temps pour développer un nouveau modèle de la série X-H, car Fujifilm voulait réunir les meilleures options pour la photo et la vidéo dans un seul boîtier. En fait, il s'agit même de deux boîtiers, puisque le X-H2 vient d'être présenté, ce qui donne encore plus de possibilités à la série X de Fujifilm. Je ne veux pas dire par là que la série X-T est soudainement devenue moins bonne. Mais une fois que l'on utilise le X-H2 avec son superbe viseur et ses grandes capacités d'autofocus (même si je l'ai aussi utilisé avec des objectifs entièrement manuels), le joystick AF amélioré et l'ergonomie générale, il est difficile de revenir à un autre appareil. En attendant, j'aime aussi beaucoup la nouvelle personnalisation C1-C7, car elle offre plus de possibilités d'adaptation et de personnalisation de l'appareil que le menu Q. Il m'a fallu très peu de temps pour m'habituer au nouvel appareil photo, mais c'est peut-être simplement parce que, malgré les mises à niveau et les améliorations, la structure du menu et le fonctionnement sont toujours à peu près les mêmes que ceux de la série X-T que j'ai utilisée au cours des huit dernières années. Alors qu'il y a quatre ans, le X-H1 semblait grand et encombrant, le X-H2s a complètement été repensé en terme de design et de maniabilité. Je suis heureux d'avoir trouvé mon nouveau cheval de bataille et je me réjouis de prendre encore de nombreuses photos et, à l'occasion, de réaliser des films avec cet appareil.

Voici quelques photos supplémentaires prises lors des derniers shootings avec le X-H2s :